Comment gérer les addictions des salariés en entreprise

14 mai 2019 admin 0 Commentaire

L’existence d’addictions des salariés est un phénomène bien réel qui n’est pas à relativiser qu’il s’agisse de dépendance à l’alcool, aux drogues ou aux médicaments. En France, de plus en plus de personnes consomment de la drogue pour échapper au stress. Les addictions nuisent souvent à la productivité de l’entreprise ainsi qu’à l’ambiance de travail en général. Des solutions existent pour y faire face.

Si le phénomène est ponctuel

La prise en charge n’est pas en principe difficile. Il peut par exemple s’agir d’un salarié qui a un peu trop bu lors d’un pot, d’une soirée d’entreprise ou lors d’un déjeuner d’affaires. Dans ce cas, la personne sera raccompagnée chez elle par un autre salarié dans un état normal. Si elle accepte d’être raccompagnée, une simple réprimande envoyée par lettre recommandée devrait être suffisante. Si le salarié s’est comporté d’une manière inadmissible, il risque une mise à pied de quelques jours en fonction du règlement intérieur de l’entreprise.

Pour les salariés présentant une réelle addiction

Dans cette situation, l’entreprise préviendra le médecin du travail et une assistante sociale. Ces derniers accompagneront le salarié dans une démarche à long terme visant à le libérer de sa dépendance. Eventuellement, l’entreprise pourra changer le poste de travail du salarié s’il comporte un danger pour lui ou pour d’autres.

La possibilité des contrôles sur le lieu de travail

Un test pour déceler le taux d’alcoolémie ou une prise de drogue ne peut être permis que s’il est prévu par le règlement intérieur de l’entreprise. Dans tous les cas, il ne peut pas être systématique et ne doit concerner que les salariés dont les fonctions peuvent exposer des personnes ou des biens à un risque. Le Conseil d’Etat a en outre autorisé le test salivaire de stupéfiants par l’employeur sur les salariés occupant des postes dits « hypersensibles ». Si le salarié refuse le test, son employeur pourra lui refuser l’accès au lieu de travail et le faire raccompagner chez lui.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *